« Journal de campagne » d’Alain Leduc

L’actualité des élections communales à Saint-Gilles

« Journal de campagne » d’Alain Leduc header image 2

Une Maison de l’Emploi « intégrée »

20 janvier 2008 ·

mdemploi.jpg

Pourquoi la Commune de Saint-Gilles a t’-elle créé une Maison de l’Emploi? Qu’attend t’-elle de la décentralisation d’Actiris? Quel avenir pour les Maisons de l’ Emploi?

Quartier du midi: l’implantation de la maison de l’emploi dans la bas de Saint-Gilles s’inscrit dans un projet plus large de dynamisation générale du quartier du midi. Dés 2000, la Commune a investi dans le secteur socio-économique du quartier pour tenter de répondre aux besoins d’emploi de la population. Le résultat? Un investissement global de 7.000.000€ et :

Fonds: souhaitant un lieu d’articulation pour toutes les initiatives publiques et privées favorisant l’accès à l’emploi des saint-gillois, la Commune achète un bâtiment sur fonds propres et le rénove grâce aux fonds européens du FEDER. Cout total: 2.200.200€.

Une Maison de l’Emploi intégrée: la Commune ayant une longue tradition de partenariat entre pouvoirs publics et associations, l’idée d’un projet intégrant tout le monde, transcendant les différences et valorisant les apports de chacun s’est rapidement imposée. Un réseau de partenaires rassemblant les services communaux, CPAS, Mission locale, ALE et Remue-Ménage, CAFA, antenne de l’ORBEM (ancienne forme), Comité de sans emploi, … s’est ainsi mobilisé. Une certitude s’installe. La Maison de l’Emploi de Saint-Gilles devra être:

  • une porte d’entrée unique pour tous les demandeurs d’emplois quelque soit leur situation
  • un Centre de ressource unique pour les entreprises locales.

Décentralisation d’Actiris: cette décision prise en mars 2006 vient bousculer tous les plans. Il était prévu d’intégrer l’antenne de l’ORBEM, mais avec la décentralisation, c’est de tout un service, composé de 15 personnes, dont il est question! L’espace de la Maison de l’Emploi étant limité, il nous faut faire un choix. Nous décidons de considérer la décentralisation comme une opportunité, un investissement régional dans les quartiers et nous maintenons le projet intégré en accueillant l’antenne ACTIRIS dans nos locaux, en défaveur de certains services communaux qui ne pourront nous rejoindre. La Maison de l’Emploi devenant un lieu de co-pilotage, une convention de coopération entre ACTIRIS et les différents partenaires est signée.

Avenir pour les Maisons de l’emploi: pour fonctionner, elles devront disposer de moyens spécifiques émanant des différents niveaux de pouvoirs:

  • Soutien de la Commune et du CPAS
  • Soutien régional:

– Volonté du Gouvernement régional
– Implantation d’Actiris
– Il manque encore une équipe de coordination de base: un coordinateur, un responsable administratif, un ouvrier.

  • Soutien fédéral (cfr: ALE)
  • Accès à toutes les mesures d’incitation à l’emploi

Conclusion: nous avons la conviction, avec les ressources mobilisées au sein de la Maison de l’Emploi, de pouvoir agir au bénéficie des demandeurs d’emploi et des entreprises. Pour cela, il faut nous donner ensemble l’objectif ambitieux de réussir une mobilisation générale:

  • Nous devons mobiliser les demandeurs d’emploi avec l’ensemble des leviers dont nous disposons: accompagnement, formation, stages, emplois de transition, premiers emplois jeunes, etc.
  • Nous devons mobiliser les entreprises qui s’implantent dans le quartier du Midi, ainsi que l’offre d’emploi régionale via ACTIRIS.
  • Nous devons mobiliser la (les) centaine(s) de mesures locales, régionales, fédérales pour recomposer une politique locale d’emploi.

→ Pas de Commentaire

0 responses à ce jour ↓

Laisser un commentaire

*