« Journal de campagne » d’Alain Leduc

L’actualité des élections communales à Saint-Gilles

« Journal de campagne » d’Alain Leduc header image 2

70 personnes travaillent dans 4 entreprises d’ECONOMIE SOCIALE à Saint-Gilles

17 mai 2009 ·

L’économie sociale est un concept encore mal connu du grand public, ce n’est d’ailleurs pas encore une appellation contrôlée en Belgique ! Pourtant, ce volet de l’économie de notre pays correspond à des réalisations bien concrètes et à un ensemble d’activités apportant un réel « plus » social pour les travailleurs et leurs bénéficiaires.

Les initiatives d’économie sociale présentes à Saint-Gilles sont le fruit d’une action de terrain qui n’a pas attendu les « labels » d’économie sociale pour se développer.

Pour fournir de front 500 repas à l’issue des Olympiades intercommunales de 2008, l’équipe d’Innovasport a dû réfrigérer une des salles de l’Hôtel de Ville ! pour des clients 100% satisfaits !

Bien avant les années 2000, plusieurs structures voient le jour et disposent déjà d’une pertinence économique puisqu’elles produisent des biens ou prestent des services dans des secteurs d’activités aussi diversifiés que les nouvelles technologies, l’Horeca, l’événementiel, les sports et les services de proximité. L’objectif transversal à toutes ces initiatives étant : la création d’emplois et la mise au travail d’un public particulièrement éloigné de l’emploi du fait de qualifications faibles ou d’une durée de chômage longue.

En 2004, la Région de Bruxelles Capitale privilégie, par l’ordonnance sur les ILDE (Initiative Locale du Développement de l’Emploi) une définition de l’économie sociale étroitement liée à l’insertion professionnelle : une insertion par transition sous la forme « d’entreprise-école ». Nos structures saint-gilloises sont alors reconnues, agréées ILDE et subventionnées pour leur travail d’insertion socio-professionnelle et de création d’emplois.

Ainsi, depuis ces dernières années, cette mesure a permis le développement significatif des projets et activités des dites structures qui participent activement à la création d’emplois pour des demandeurs d’emploi et peu qualifiés,à l’encadrement et à l’accompagnement social de ce public, à l’organisation de modules de formation interne visant à améliorer les acquisitions et les compétences des travailleurs et au développement d’initiatives locales en matière d’emploi, de formation et d’économie sociale destinés à répondre aux besoins de la population bruxelloise.

Plus concrètement…

Cenforgil a développé un atelier de production dans le secteur sportif au sein du Centre Sportif Communal. Cette structure d’économie sociale appelée Cenforgil Sport asbl est chargée de la gestion de la salle de fitness communale, de l’organisation de stages sportifs pour enfants, d’activités parascolaires, de cours collectifs pour adultes et d’évènements sportifs. Elle occupe aujourd’hui une petite dizaine de travailleurs.

Innovasport asbl, entreprise d’économie sociale composée d’une quinzaine de travailleurs et active dans le secteur de l’Horeca qui articule des actions de formation Horeca avec une expérience professionnelle concrète en cuisine et/ou en salle. Ses activités évoluent autours de 3 axes : un service de gestion de cafétérias communales ou paracommunales à disposition de toutes et tous; la gestion et la mise à disposition de locaux et de salles de réunions pour le réseau associatif; un service traiteur est à votre service (livraison de sandwiches et plats divers sur toute la région bruxelloise, organisation de banquets, cocktails, réceptions, avec personnel pour le service Horeca

Remue-Ménage, est la section « titres-services » de l’Agence Locale pour l’Emploi de Saint-Gilles. Elle est active depuis 2004 et compte parmi les toutes premières entreprises titres-services agréées en Région bruxelloise.

Elle développe un pôle d’activité dans le secteur du nettoyage en favorisant la création d’emplois, la mise à l’emploi et la formation continue. C’est une ILDE dont les bénéfices sont affectés à des projets de formations et/ou à des projets sociaux. Remue-Ménage emploie actuellement une quarantaine de personnes, toutes sous contrat à durée indéterminée.

Banlieues asbl, est une structure d’économie sociale active dans le domaine des nouvelles technologies. Ses objectifs convergent vers un but : la lutte contre la fracture numérique. Pratiquement, les métiers qui y sont développés à cette fin sont : la maintenance informatique, la consultance NTIC, le développement Internet (technique et graphique), la numérisation, le multimédia, la formation, la recherche et la sensibilisation.Banlieues occupe aujourd’hui une dizaine de travailleurs.

Les perspectives …

Si la législature 2004-2009 a été marquée par le développement de l’économie sociale d’insertion à Bruxelles, nous souhaitons participer activement au renforcement de ces mesures pour la législature prochaine. La priorité pour le futur est de permettre aux ILDE de pérenniser, voire de déployer leurs projets. Or, le développement de l’emploi dans les ILDE aurait pu être plus important encore si les budgets alloués à cette politique avaient été plus conséquents. Ceci pose un dilemme : soit les structures agréées sont financées conformément aux critère de l’Ordonnance et, dès lors, une augmentation du budget doit être prévue, soit les critères de l’Ordonnance devront être revus à la baisse. Ce qui serait dommageable pour la dynamique de l’ensemble des initiatives d’économie sociale.

Au regard de la situation du chômage à Bruxelles, il est indispensable de revoir à la hausse les moyens alloués à ce secteur, de façon à financer les projets à hauteur de ce que prévoient les prescrits de l’Ordonnance du 18 mars 2004 sur les ILDE.

De plus, le succès du travail d’insertion socioprofessionnelle nécessite que les travailleurs, issus du public-cible, soient correctement encadrés et formés. Des moyens supplémentaires orientés vers la formation sont donc nécessaires.

Enfin, l’économie sociale joue un rôle de transition vers le marché de l’emploi en général. Dans ce cadre, une attention toute particulière doit être accordée à ces travailleurs dans le cadre des politiques régionales pour l’emploi. Soit en développant avec l’aide d’Actiris des outils spécifiques de placement, soit en concluant des accords avec le monde de l’entreprise pour l’embauche de ces publics dans les secteurs où ils sont formés. De beaux paris à relever en perspective !

Florence FRAIPONT et Alain LEDUC

Liens :

http://www.febisp.be/view/fr/FeBISP/Publication/Memorandum.html

http://www.febecoop.be/siteFR/docs/memorandums_febecoop_2009_fr.pdf

→ Pas de Commentaire

0 responses à ce jour ↓

Laisser un commentaire

*