« Journal de campagne » d’Alain Leduc

L’actualité des élections communales à Saint-Gilles

« Journal de campagne » d’Alain Leduc header image 2

SPORT ET DEMOCRATIE … une critique quotidienne de la marchandisation du sport …

14 mai 2009 ·

Ce lundi 11 mai, la Commission Communale des Sports tenait sa réunion annuelle en présence d’ Emir KIR, Ministre des Sports en Région bruxelloise. L’occasion de dresser avec lui le bilan de la législature régionale.

Photo: Farid SAHLI, Conseiller sportif communal, Emir KIR, Ministre régional des sports, Alain LEDUC, Député et Echevin des sports à Saint-Gilles.

Au-delà des efforts importants faits par les pouvoirs publics régionaux, Farid et moi voulions partager ici avec vous notre réflexion sur le rôle du sport dans notre société. Lisez la suite …

Il n’est pas aisé de définir comment nous considérons, nous utilisons la pratique sportive pour notre population. Et ce ne sont pas les médias qui vont nous y aider …Tous les jours (et surtout le lundi, dans toute la presse quotidienne) nous sont relatés les exploits de ces vedettes sportives d’exception, de ces équipes hors du commun, de ces records battus, … rien que du spectacle qui en met plein la vue de tous les supporters, aficionados, socios, en mal de sentiment d’appartenance, d’identification, de projection.

Très régulièrement, le sport médiatique défraie la chronique des faits divers : dopage au tour de France, paris truqués sur les matchs de championnat de football, feuilleton sur la vie privée d’une nageuse championne olympique, le stress de voir le grand prix de formule 1 ne plus être organisé à Francorchamp, les arrestations pour bagarres dans et aux abords des stades, la corruption, le blanchiment d’argent sale, le racisme, la traite d’être humains, l’économie parallèle,

Ce type de pratique sportive met en avant le culte du champion, de la réussite individuelle au détriment des autres, opposant le plus forts aux plus faibles, le vainqueur aux vaincus. Idéologiquement, ce n’est pas ce modèle de pratique sportive que nous souhaitons défendre, ce n’est pas ce modèle de société où nous souhaitons vivre.

C’est au Centre sportif de Saint-Gilles que nous avons contribué au lancement des « JO PROPRES 2008 », avec Carole CRABBE (voir le site de Vêtements propres), et des athlètes de haut niveau.

La définition du sport que nous prenons en compte est celle qui met au centre des préoccupations l’individu (ou un groupe d’individu), qui souhaite avant tout prendre du plaisir à réaliser un effort physique, à partager du plaisir avec d’autres via des rencontres amicales et conviviales.C’est également se réaliser, prendre en compte son propre corps, améliorer sa condition physique générale garantissant ainsi son capital santé.C’est aussi se réaliser en tant qu’individu, se dépasser, progresser, se mesurer sans tout autant vouloir écraser l’autre, éliminer son adversaire.La pratique sportive peut donc aussi constituer un lieu de rencontres, de découverte, de partage, de joie, de tolérance. Nous considérons ainsi très clairement que la pratique sportive, telle que nous la concevons, constitue une compétence publique au même titre que l’enseignement, la santé, la sécurité sociale, …

L’ensemble de nos efforts, réalisations, projets sont orientés dans cet esprit, visant participer à l’émancipation sociale de la personne, tant sur un plan individuel que sur un plan collectif.A partir de plusieurs niveaux d’intervention, un grand nombre d’initiatives ont ainsi été créées dans le secteur du sport à Bruxelles (et à Saint-Gilles en particulier) (lire à ce propos l’article dans le journal de la FEBISP).

A – Niveau public :

Au niveau Communal:

En 1996, sous la responsabilité d’Alain LEDUC, fraîchement élu Echevin du Sport , une véritable politique sportive communale à vu le jour. Après un (rapide) état des lieux de la pratique sportive à Saint-Gilles, une Charte Communale et un Règlement Communal des Sports ont été formalisés. Cette charte s’adresse à tous les acteurs de la vie sportive communale et essentiellement les clubs et associations sportives utilisant une des infrastructures sportives communales.Cette charte se décline autour de 10 points précisant les valeurs qui sous tendent à l’action communale en faveur de la pratique sportive.

Le Règlement Communal des Sports vient préciser les modalités d’intervention et d’organisation de cette politique sportive. Cette politique sportive met clairement en avant l’accessibilité pour une pratique résolument tournée vers la formation sportive, éducative et sociale de la population. Une attention particulière est réservée aux populations dites « fragilisées ». La Commune participe activement aux différentes mesures publiques visant à améliorer la pratique sportive auprès de la population.

Aides en Région Bruxelloise

Infrastructures sportives :

La Cocof participe activement à l’amélioration de la pratique sportive de la population bruxelloise en aidant les communes à investir dans la création ou la rénovation d’infrastructures sportives. Sur base d’un plan pluriannuel, les communes sollicitent de la Région une subvention pour la réalisation de leurs projets. Sur base d’un accord entre le Gouvernement de la Région et la Commune, cette subvention peut s’élever à 60% du coût des travaux à réaliser. Depuis 1998, Saint-Gilles a ainsi pu compter sur près de 2 million d’euros pour ses projets d’investissements sportifs (placement de terrains de football synthétique, travaux améliorant l’accessibilité du Centre Sportif Communal aux personnes à mobilité réduite, …). Actuellement, le plan pluriannuel 2009 – 2013 prévoit un nouvel investissement en infrastructures sportives de près d’1.200.000 €. Les projets prévus concernent toutes les infrastructures sportives publiques, communales.

Formation des jeunes sportifs :

La Région aide également les clubs à améliorer la formation sportive des jeunes fréquentant les clubs sportifs bruxellois. A Saint-Gilles, plus de 50.000 € ont été attribués aux principaux clubs sportifs saint-gillois :

  • Football : Ecole des Jeunes de la Royale Union Saint-Gilloise,
  • Basket : Les Runners
  • Natation : La Nage Saint-Gilles
  • Badminton : Innovasport BC
  • Gymnastique : Gymnika
  • Boxe : Union Boxing Club Saint-Gilles
  • Kun Fu : Belgian Chan Wu Federation
  • Judo

Aides en Communauté Française

Chèques Sport :

La Communauté Française n’est pas en reste en matière d’aide à l’accès à la pratique sportive. Via la mesure Chèque Sport, la Communauté Française aide les familles économiquement défavorisées en prenant en charge une partie des frais d’inscription des enfants dans des clubs sportifs. Sur Saint-Gilles, un budget de 23.000 € est allé aux familles saint-gilloises. Pour l’année 2009, un budget de 50.000 € pour Saint-Gilles est annoncé par la Communauté Française.

B- Niveau associatif :

En parallèle à la mise en place de la Politique Sportive Communale à Saint-Gilles, toute une série d’associations sportives ou para sportives ont émergé dans les années ’90. A partir de la même conception de la pratique sportive « publique », ces projets ont tenté, avec les moyens qui étaient les leurs, de participer activement à l’amélioration du sentiment de cohésion sociale, l’émancipation sociale de la population. Il s’agit par exemple de:

Ecole des Jeunes de la Royale Union Saint-Gilloise asbl

Tout le monde connait l’Union Saint-Gilloise, célèbre club de football de la capital au palmarès des plus fourni. En 1994, une restructuration au sein de ce club a vu naître son Ecole de Jeunes. Le club a attribué à cette asbl la formation sportive, éducative et sociale de ses jeunes affiliés. C’est ainsi qu’au delà de l’organisation d’entraînement et de match de football, l’EDJ s’inscrit pleinement dans une démarche visant à participer à l’amélioration du sentiment de cohésion sociale dans les quartiers à travers les nombreux jeunes participants aux activités (ils sont près de 300 !) et leurs familles.

En plus des activités sportives traditionnelles pour un club de football, l’EDJ organise :

  • une Ecole des Devoirs proposant aux jeunes une supervision des devoirs et matières scolaires ainsi que la réalisation de projets éducatifs,
  • un espace public numérique permettant un accès gratuit aux web aux jeunes et parents
  • un comité des parents se mobilisant pour l’accompagnement extra sportifs des jeunes

Innovasport asbl

C’est en 1996 qu’Innovasport a été créé à partir du constat suivant: les infrastructures sportives communales sont dotées de cafétérias à l’usage des utilisateurs et visiteurs. La Commune a souhaité développer à partir de ces espaces un service horeca à caractère public. Innovasport asbl a répondu à cette attente en proposant ses services. Active dans le secteur de l’horeca, Innovasport asbl est une entreprise d’économie sociale dont l’objectif à travers l’exploitation de cafétéria et de service horeca est de participer à la création d’emplois auprès de demandeurs d’emplois bruxellois peu ou pas qualifiés. L’asbl gère aujourd’hui la cafétéria de la Picine Victoire Boin, celle du Centre Sportif, celle de l’Ecole des Jeunes de la Royale Union Saint-Gilloise asbl, du Centre Culturel Jacques Franck.

En plus de la gestion de cafétéria, Innovasport asbl a étoffé son service horeca en proposant un service traiteur essentiellement aux institutions publiques et réseau associatif bruxellois. Et deux nouvelles implantations: Les Ateliers du Midi, cafétéria et cuisine professionnelle du Centre de Formation de Cenforgil asbl (54, rue de Mérode – 1060 Saint-Gilles), et l’ UP, cafétéria de l’Université Populaire (26, rue de la Victoire – 1060 Saint-Gilles). Une douzaine de travailleurs, femmes et hommes sont affectés à la gestion des cafétérias et du service traiteur.

En plus de l’axe horeca où l’objectif est la mise à l’emploi, Innovasport asbl développe également des actions axées plus spécifiquement sur la pratique sportive. Des moyens sont en effet dégagés :

  • afin d’aider à l’émergence de nouveaux projets sportifs saint-gillois,
  • pour mettre en évidence les aspects éthiques et les valeurs positives (notamment la lutte contre le racisme) que la pratique sportive peuvent véhiculer.

Get the Flash Player to see this content.

Ces actions sont menées en partenariat avec le milieu associatif ou les clubs sportifs Saint-Gillois et s’inscrivent dans l’action globale menée par la Commune dans le cadre du projet de Cohésion Sociale.

Mission Locale de Saint-Gilles

Toujours en 1994, la Mission Locale de Saint-Gilles a pris l’initiative d’organiser dans le cadre de ses formations d’insertion socio professionnelle une nouvelle formation destinés aux chômeurs de longue durée souhaitant se former aux métiers du sport. Pour des raisons administratives, l’ensemble des formations ISP de la MLJ ont été transférés vers l’asbl Cenforgil créée spécifiquement à cet effet. La formation aux métiers du sport continue aujourd’hui à former près de 25 animateurs sportifs par an.

Ces animateurs sont spécifiquement formés au travail d’animation avec des jeunes, en quartiers populaires. Une autre formation concerne les maîtres nageurs sauveteurs. Au delà des aspects purement méthodologique et didactique liées à la pratique sportive, ces animateurs sont largement sensibilisés aux valeurs que nous souhaitons transmettre aux jeunes.

La MLJ a également une action dans le cadre du programme de Cohésion Sociale qui vise spécifiquement l’accès du public féminin à la pratique sportive.

Ce n’est donc pas un hasard si tous ces projets ont émergé à la même période. Les nombreux partenariats entre ces associations et le pouvoir public (Commune, Région) sont à la base de ces projets solides, cohérents et utiles pour l’émancipation de la population.

Perspectives :

La pratique sportive suit l’évolution de la société, de notre population sportive.

Nous avons ainsi à réfléchi à certains dimension de l’évolution de notre public :

  • paupérisation de la population … faire du sport coûte cher !
  • vieillissement de la population … faire du sport garde en forme !
  • pratique sportive et communautarisme identitaire … notre projet promeut la mixité !
  • évolution des modes « sportives » des jeunes, diversifions les sports !

A partir de la pratique sportive, dans sa dimension publique, quel type de société souhaitons-nous défendre ?

Pour notre part, c’est une société où l’individu atteint un niveau suffisant d’émancipation individuelle et collective qui lui permette d’analyser, de réfléchir, de faire des choix de par lui-même. Pour construire une société démocratique, juste, égalitaire, tolérante, solidaire … Évidemment !!!

Alain LEDUC et Farid SAHLI.

→ Pas de Commentaire

0 responses à ce jour ↓

Laisser un commentaire

*