« Journal de campagne » d’Alain Leduc

L’actualité des élections communales à Saint-Gilles

« Journal de campagne » d’Alain Leduc header image 2

Elections régionales: EMPLOI – FORMATION ? « Deeeeemandez l’prograaaaame ! » …

24 avril 2009 ·

NOUVEAU (28 AVRIL 2009): longue interview du journal LE SOIR consacré à mon analyse de la situation de l’emploi à Bruxelles sous le titre  » LES JEUNES, UN POTENTIEL A FORMER » … Bonne lecture 😉

J’avais envie de vous parler ici de la manière dont on fait le programme d’un parti, au hasard le PS 😉 , et comment chaque proposition évoluera jusqu’à son aboutissement … ou comment elle finira à la poubelle …. C’est un long cheminement, il suffit de ne pas se décourager. Mais c’est aussi le « prix » de la démocratie … A vous de voir …

Je pars de ce que je connais, pour y avoir travaillé, le programme EMPLOI-FORMATION pour la législature à venir.

ETAPE 1: LE BILANPS bilan Région 2004-2009

Oui, on commence par faire le bilan de la législature écoulée. On avait déjà il y a 5 ans un programme, on a été présents au gouvernement, un Olivier (gouvernement de centre gauche, PS-ECOLO-CDH), on a discuté avec nos partenaires, et certains de nos projets ont abouti. On dresse la liste de nos réalisations, on les met dans une belle brochure … oups, en cours de route on a peut-être oublié d’écrire ce qui n’a pas abouti, et d’analyser pourquoi ? mais bon, il reste du temps pour se rattraper.

Pour faire avancer les choses, il faut parfois manifester …

Manifestation pour l’emploi des jeunes, juin 2007, Lire et Ecrire en front commun syndical, Alain Leduc (FGTB) et Daniel Fastenakel (MOC); à droite Philippe Van Muylder Secrétaire général de la FGTB de Bruxelles.

ETAPE 2: LES COMMISSIONS

Le Bureau élargi de la Fédération bruxelloise (une cinquantaine de personnes représentant les sections locales et les différents points de vue) décide de créer une vingtaine de commissions, une sur chaque compétence ou dossier important. Philippe MOUREAUX me désigne pour présider la commission emploi-formation, il sait que c’est un domaine qui me passionne. A la fois je suis content et fier, à la fois je sais que je vais me taper plein de boulot … mais, bon, j’aime ça.

ETAPE 3: ETRE LE(S) MEILLEUR(S) (ou essayer) …

Là c’est de l’humour, mais bon, je participe à la saine émulation qui vise à essayer de faire quelque chose de novateur, trouver de nouvelles idées pour lutter contre le chômage à Bruxelles.Je m’entoure d’une petite équipe restreinte de 10 personnes, rien que des spécialistes. On appelle ça le Comité de pilotage, on se réunit 2-3 fois autour d’une assiette froide, et on regroupe toutes les idées et questions et on lance 5 soirées thématiques, qui visent à associer tous les militants intéressés (une cinquantaine au total) et à inviter des personnes ressources de haut niveau. Ce petit Comité de pilotage était constitué d’Eric BUYSSENS, Jean-Pierre LANDRAIN, Florence LEPOIVRE (tiens, elle est sur les listes 😉 ), Georgy MANALIS, Bastien MANCHON, Gabriel MAISSIN, Jean-Philippe MARTIN et Ingrid BOUILLARD. Sans oublier Jane COUNET pour les PV. Merci à elles et eux 🙂

ETAPE 4: ORGANISER 5 SOIREES THEMATIQUES

Les soirées ont lieu de décembre à février: sur les politiques fédérales d’emploi (l’ONEm, les ALE, le plan d’accompagnement des chômeurs), sur les politiques régionales d’emploi (ACTIRIS, les missions locales, …), sur les initiatives locales d’emploi (les Maisons de l’emploi), et la formation professionnelle des adultes à Bruxelles. Comme c’est une réunion interne, la parole est libre et parfois très critique … sur ce qu’on a fait ou décidé nous-mêmes ! Par exemple le Plan d’accompagnement des chômeurs, ses aspects positifs (accompagner = aider) et négatifs (lorsque parfois accompagner = exclure). Sur cette question-là, on s’est engueulés … devinez de quel côté j’étais ? Enfin bon, la cinquième soirée sert à discuter une synthèse des points de vue de chacun. Tous les débats ont été enregistrées, retranscrits, puis synthétisés. Les sandwichs de la Fédé étaient vraiment nuls, et on n’a eu droit qu’à de l’eau et du café. Dur de tenir jusqu’à 23H00.

ETAPE 5: FAIRE LA NOTE DE SYNTHESE. commission Emploi Formation synthèse à la Fédé

Après tous ces débats, plus toutes les notes déposées, le Président de la commission se sent vraiment seul. Des dizaines d’idées ont été formulées, maintenant il faut les formaliser. Je la finalise, je relis avec le Comité de pilotage et ouf, le 5 février à 23H00, je l’envoie à Monica à la Fédé. Accouchement terminé, beau bébé en pleine forme ….

ETAPE 6: PAUVRE MONICA 🙂

A la Fédé, Monica reçoit les 2O contributions.

Le grand Chef ne rigole pas … demain c’est le grand oral !

Le Président Philippe a décidé de nous soumettre à un examen: chacun doit défendre son texte et ses propositions devant tous les autres membres du Bureau élargi. Certains en ont mal au ventre … Deux journées de discussion au total. Oufti … Il faut maintenant intégrer les remarques, réécrire toutes ces contributions et les remettre en forme pour avoir UN programme cohérent entre toutes ses parties … ça prend du temps, un bon mois, Monica sue et fume beaucoup (trop), et puis arrive LE programme de la Fédé. Ne croyez pas cela !

ETAPE 7: LES SECTIONS LOCALES DONNENT LEUR AVIS

Le beau programme de Monica est envoyé dans toutes les sections locales (communales), qui ont 10 jours pour remettre un avis. Chaque section propose des amendements, ou rajoute des projets qui leur tiennent à coeur et qui ont été oubliées. La section de Saint-Gilles par exemple se réunit et engrange les avis des militants locaux. Les sections renvoient ces avis à la Fédération … à Monica … Mais là, elle n’est plus toute seule: un dimanche matin, une Commission des résolutions examine toutes les propositions qui viennent des sections, et propose d’en garder certaines et d’en rejeter d’autres. C’est pas fini …

ETAPE 8: CONGRES DE LA FEDERATION Programme du Parti Socialiste pour la Région de Bruxelles

Le lundi … soir, le Congrès de la Fédération se réunit et adopte finalement le programme … Quand je vous disais que c’était un long cheminement …

CONCLUSIONS A CETTE ETAPE ?

Le programme a été élaboré de manière démocratique, avec toute la richesse et toutes les limites de cette ambition. Richesse ? 2 à 300 militants au moins ont dû participer à un morceau ou un autre du programme. Les débats ont été ouverts, chacun a pu s’exprimer. Limites ? on s’auto-censure parce qu’on connaît bien le poids des contraintes (chaque mesure proposée a un coût et le budget régional est étriqué). Et les matières devenant extrêmement complexes, c’est souvent les « spécialistes », les « hommes d’appareil » (des cabinets, les échevins, les parlementaires) qui ont le pouvoir. Proposition ? Il faudra un jour arriver à vulgariser toutes ces matières: si plus personne ne les comprend, il y a un vrai déficit de démocratie. A méditer …

ET APRES ?

Après il faudra gagner les élections, pour avoir une chance de mettre son programme en oeuvre. Meilleur est notre résultat électoral, plus on a de chances de pouvoir réaliser des morceaux de notre programme. Mais on n’ira pas au gouvernement seuls … il faudra rechercher une coalition avec d’autres (comme l’Olivier par exemple). On devra confronter notre programme à celui de nos partenaires (qui ont aussi leur programme, pas forcément les mêmes idées …), et tenter de faire une synthèse: ce sera la déclaration gouvernementale. Une partie de ce qui nous tient à coeur sera un peu dilué, pour trouver un consensus. Et puis, il faudra le faire, trouver les moyens financiers, désigner des Ministres si possible compétents, et pendant 5 ans, tenter de faire avancer notre programme. Pour 5 ans plus tard, en 2014, faire le bilan de notre action. Bilan , vous avez dit Bilan ? la boucle est bouclée …

→ 4 Commentaires

4 réponses à ce jour ↓

  • 1 manchon robert // Avr 25, 2009 at 12:30

    Mais voilà un bel exemple de démocratie interne … avec ses lenteurs, ses débats contradictoires d’idées, ses équilibres, ses heureux, ses frustrés (peu ou prou).
    Bref, pas un travail baclé ou négocié en vitesse dans une cabine téléphonique (enfin pour le peu qui restent opérationnelles).
    T’as bien fait cela, Alain,
    Accepte mes modestes félicitations.
    Robert Manchon – 25.04.2009

  • 2 Martens // Avr 25, 2009 at 14:30

    En tant que candidate sur la liste et participante selon mes disponibilités aux ateliers que tu as présidé, je reste aussi sur ma faim, mais je souhaites garder cette faim de toujours faire mieux, et de défendre des idées novatrices et solidaires.
    Bonnes chances à nos idées; au 7 juin!

    Anne-Françoise Martens 58ème effective à Bruxelles

  • 3 Discalcius // Avr 25, 2009 at 18:14

    Le plus difficile, c’est de lire le « code » qui permet de laisser un commentaire! Mais comme présidente de section (Koekelberg), le plus dur, c’est d’expliquer pourquoi, sur cinq candidats à la candidature, un seul a été choisi, et à la 51e place! Enfin, tout ensemble, tous ensemble… on y arrivera!

  • 4 Philippe Schwarzenberger // Avr 25, 2009 at 19:11

    Bonsoir Alain,

    J’apprécie beaucoup ton texte que je vais communiquer nos camarades qui m’ont demandé de leur expliquer le processus. Mais tu as oublié une petite étape: celle du porte-parole de la section à la Commission des résolutions qui en revenant dans sa commune doit expliquer à ses camarades que certains amendements qu’ils avaient proposé n’ont pas pu être acceptés. Pour prendre le contre-pied d’une citation de Woody Allen , je dirai que le socialisme doit réussir à la condition d’y consacrer de nombreuses soirées.

    Philippe Schwarzenberger
    Président de la section de Bruxelles

Laisser un commentaire

*